FABIEN JOUBERT & LÉO COHEN-PAPERMAN
Interprète et metteur en scène
26, rue de Courlancy
51100 Reims

06 70 78 05 98
contact@obrothercompany.com
http://animauxenparadis.fr/

2017

Cies Les Animaux en Paradis / O’Brother Company

Reims

La compagnie des Animaux en Paradis : dirigée par Léo Cohen-Paperman, est fondée en 2009.  Elle est implantée à Reims en 2012. De 2016 à 2019, la compagnie est associée au Théâtre d’Auxerre. De 2009 à 2018, Léo Cohen-Paperman crée principalement des spectacles autour de textes de répertoire : Othello de Shakespeare, Petit et Grand d’après Andersen, Le Crocodile et Les Nuits blanches d’après Dostoïevski… Léo Cohen-Paperman est depuis septembre 2019 artiste associé au Salmanazar d’Epernay. La série Huit rois (nos présidents) est soutenue par une association de diffuseurs du Grand-Est : les scènes conventionnées d’intérêt national de Rethel et Troyes, ainsi que les théâtre de Charleville-Mézières, Sedan et Bazancourt.

O’Brother Company : en 2011, Fabien Joubert réunit à ses côtés Elsa Grzeszczak, Gisèle Torterolo, Jean-Michel Guérin et Clément Bresson – ils seront rejoints par Vanessa Fonte et Paulette Wright – pour former O’Brother Company, fratrie symbolique exclusivement composée de comédiens. Mathilde Priolet est directrice adjointe de la compagnie depuis 2013.

Ces deux compagnies ont présenté leur projet commun Othello lors de Quintessence 2017 à Reims. Projet accompagné par le Théâtre d’Auxerre et Le Salmanazar – Épernay.

Othello

Othello éclaire mon époque comme un soleil noir : jalousies sociales, haines ethniques, manipulations politiques. Cette époque, quelle est-elle ? Je suis né en 1988, peu avant la chute du Mur de Berlin ; le 11 Septembre 2001, l’Histoire est redevenue tragique ; depuis deux ans, en France, des gens sont tués en pleine rue. Pour ma génération, le début de la pièce est un cauchemar étrangement vrai : une nation entre dans une drôle de guerre, asymétrique et permanente. Une communauté politique entre dans la nuit. Mettre en scène Othello, c’est raconter l’origine mystérieuse et séduisante du Mal.

Mon Othello proposera donc un visage contemporain. Je rêve d’un spectacle sensuel et désespéré comme les photographies d’Helmut Newton. Je rêve d’un spectacle tragique et vigoureux comme les installations d’Anselm Kieffer. Je rêve d’un spectacle populaire et resserré comme un film de genre hollywoodien : en deux heures et dans une langue directe, nous aurons joué Othello.

 

Actualités de la compagnie