YSEULT WELSCHINGER & ERIC DOMENICONE
Metteur en scène et marionnettiste
21 boulevard de Nancy
67000 Strasbourg

06 60 83 06 17
ywelschi@gmail.com
http://www.lasoupecompagnie.com/
Facebook

2008 | 2012 | 2017

Cie La Soupe

Strasbourg

Depuis sa création en 2004, les projets de la SoupeCie sont impulsés et guidés par le metteur en scène Eric Domenicone et la comédienne-marionnettiste Yseult Welschinger. Nous travaillons avec de nombreux artistes de tous horizons: musiciens, comédiens, marionnettistes, costumiers, vidéastes, constructeurs, auteurs, plasticiens et techniciens, dans l’esprit d’une compagnie audacieuse toujours en recherche de nouvelles expériences et de renouvellement de ses modes d’expression. Sur scène, les relations qui se nouent entre les objets, les images, les interprètes et les univers sonores, sont les supports grâce auxquels nous adressons au public une idée, une émotion, une histoire.

La Compagnie a présenté son projet Ce que je fais là assis par terre lors des Brouillons de décembre 2008 à Chaumont.

Elle a ensuite présenté son projet Eden Markett – Chroniques d’Hyperette aux Brouillons 2012 à Colmar.

La SoupeCie  est repassée par Quintessence en présentant son projet Je hurle à Quintessence 2017 à Reims. Projet accompagné par La Méridienne, Scène conventionnée – Lunéville et La Passerelle – Rixheim.

Je hurle

« La poésie Pashto que nous avons découverte, n’est pas une poésie qui se veut langoureuse, mélancolique, romantique. C’est une poésie de l’urgence une poésie de l’instant. Ce sont les cris de femmes qui tentent de se mettre debout. » Magali Mougel

Aspergée d’essence, une allumette à la main, Zarmina adresse au monde son ultime poème. Dans son dernier souffle, elle prend possession de son corps soumis dès le plus jeune âge au pouvoir absolu de l’homme. Le suicide de cette jeune fille de 15 ans, égérie des femmes afghanes, nous mène dans le maquis insoupçonné de Kaboul, où le cercle clandestin des poétesses du Mirman Baheer se bat avec des Landays, courts poèmes en pachtou, qui sont autant de « petits serpents venimeux ».

Le papier s’est imposé à nous comme matière marionnettique. Fragile, résistant, éphémère, il est objet concret et chimérique. Poèmes, témoignages, articles de presse : menée comme une enquête rythmée de rencontres poignantes en France et en Afghanistan, cette création rend leurs mots aux femmes afghanes.

Actualités de la compagnie